Eco-campus de Reims en video

LE PARC D’ATTRACTION, QUEL AVENIR EN VILLE?

Tivoli_1680x570_05

De retour de Copenhague, qui a vu naître le premier parc d’attractions il y a quatre siècles, une question se pose : comment se fait-il que nous ne parvenions pas en France à intégrer de « gros objets » comme des parcs d’attraction en pleine ville? Celui de Tivoli à Copenhague, créé en 1846, a connu un succès immédiat, et jamais démenti. Il est situé en face de la gare centrale, en plein coeur de la capitale danoise! Sa localisation est fantastique, on peut y venir de toute l’île, de la banlieue, en train ou en bus, on peut y venir à pied ou à vélo depuis les quartiers avoisinnants : si bien que c’est non seulement un parc d’attractions, avec la diversité des attractions qu’il faut aux jeunes et aux familles pour s’amuser, mais c’est aussi un haut lieu de fréquentation pour les retraités, qui prennent un pass à l’année, et viennent s’asseoir sur un banc, dans un endroit un peu calme ou au contraire en contact direct avec le passage, la foule joviale ou en face de telle attraction. Comme l’on peut bien sûr y manger sur le pouce ou s’offrir un restaurant, les habitants y passent volontiers la journée entière. Le parc est bien sûr très compact, puisque situé en pleine ville, du coup on passe facilement d’une attraction à l’autre sans avoir à parcourir de longues distances sur des allées sans âme et/ou sous la pluie; les attractions sont même parfois « superposées », certaines, plus aériennes, passant au dessus d’autres en rez de chaussée. Le parc Tivoli est l’un des plus fréquenté au monde, depuis 150 ans, et c’est aussi un centre de Congrès.Tandis que Dysneyland Paris perd chaque année beaucoup d’argent, et a nécessité la disparition de plusieurs centaines d’hectares d’excellentes terres agricoles.

Tivoli_Gardens_Copenhagen001

Ne peut-on donc pas imaginer en France, aujourd’hui, des parcs d’attractions urbains qui renouvelleraient l’attrait de villes centres? Je ne vois qu’un équivalent à Paris, c’est l’ouverture pendant 15 jours un an sur deux du musée des arts forains (pour le festival du merveilleux), à Bercy village, qui se rapproche de cette ambiance où finalement on trouve une fraîcheur, une joie visible des gens d’être dans un lieu singulier et ancien, qui dégage une féérie particulière, une ambiance heureuse, joviale (http://www.arts-forains.com), que les parcs d’attractions récents ont bien de la peine à susciter, à grands renforts d’attractions sensées être ébouriffantes, mais où l’on passe une partie de la journée à faire la queue.